samedi, 26 janvier 2008

La papote n° 178

Il y a des jours où l'on ferait mieux de rester dans son lit. Ce matin,  au saut du lit, le petit  rituel commence, donc comme tout les jours, je regarde si la voiture est toujours dans la rue. Et là, que vois-je sur le pare-brise : un papier en-dessous de l'essui-glace. A moitié endormi encore, je descends dans la rue en pyjama, j'ouvre le petit mot et je lis :

"Bonjour, pour votre pare-choc arriére, veuillez prendre contact avec monsieur ..... à la caserne de Pompiers."

Sur ce, je me suis vite habillé et me suis rendu à la caserne (100 m de chez moi) et là on m'a expliqué que ma voiture en stationement avait été accroché par un camion de Pompiers, une histoire de cale-pied qui s'est détaché. Ils avaient déjà rempli leur partie du constat et ne reste plus qu'à moi de faire de même. Quand j'ai quitté le charmant pompiers, le conducteur, s'excusait encore de se désagrement. Pour moi, la journée commencait bien, donc j'ai décidé de rester chez moi, lol, on ne sait jamais. Et puis cela fera jamais que le deuxième pare-choc que l'on me remplace en moins d'un an . Pfff.

Et demain est un autre jour.

Publié dans La papote | Commentaires (0) | Tags : papaote, humeur, vie, pompiers | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.