lundi, 24 mars 2008

La papote n° 199

« Je me suis toujours demandé si j'étais vraiment un grand pervers. Ce livre m'a apporté la réponse, là où je l'attendais le moins... »
Alex Taylor

journal

Qui m'aurais dit à l'époque où je regardais l'émission "Continentales" sur FR3, que cet homme bien sous tout rapport, costume cravate avait une deuxième vie, un peu plus hard. Dans ce livre, il nous fait découvrir celle-ci, depuis son enfance, en Cornouailles, où il aimait se prendre pour Emma Peel (Chapeau Melon et Bottes de Cuir), sa découverte de son homosexualité puis son attirance pour les pratiques SM qu'il nous décrit sans pudeur et avec humour.


Tout au long du livre, il nous parle aussi de son ami avec qu'il a vécu pendant quelques années avant que le sida n'emporte celui-ci. Il nous le raconte avant  leur rencontre, leur relation et puis l'après car il est toujours très présent pour lui. Très touchant.   

Une phrase préférée restera sans conteste l’échange qu’a Alex Taylor avec Fanny Ardant lors d’un séminaire qu’ils “présentent” et qui semble bien mal barré. Alex demande à Fanny Ardant : “Mais pourquoi fait-on ca ?!” et elle lui répond tout simplement : “Parce que Dieu nous regarde !”.

Les commentaires sont fermés.